MARCHÉ DE L'ART, mars 2007

L'ART CONTEMPORAIN en folie
 

En 2006, 2,7 milliards de dollars ont été dépensé dans le monde pour acheter des oeuvres d'art (+25,4% sur l'année) et 810 oeuvres ont dépassé le million.
 

Par Florence CANARELLI 
 
 

• à gauche, Brigitte Bardot," par Andy Warhol,1974


 
Revenir sur ART-COTE

 

Tous les records sont battus : aux Etats-Unis, les prix ont dépassé de 30% ceux du pic de la bulle spéculative de 1990.

Exemple récent, début février à Londres, le marché était en ébullition chez Christie's et Sotheby's : 21,2 millions d'euros pour une toile de Francis Bacon, un record pour l'artiste anglo-irlandais. Un portait de Brigitte Bardot, par Andy Warhol a été adjugé le double de son estimation (8,1 millions d'euros). 

Au total sur 4 jours, les acheteurs du monde entier ont déboursé  536 millions d'euros, une somme encore jamais atteinte en Europe. 

A ce rythme, les prix de l'art contemporain vont bientôt rattraper ceux des Impressionnistes !

• à droite, Man Carrying A Child, par Francis Bacon,1956


 
Le marché est plus calme en France

L'art contemporain français ne représente que 13% du marché mondial. Les très grands collectionneurs (François Pinault et autres Bernard Arnault) se comptent sur les doigts d'une main. Et même si une nouvelle génération des 30-40 ans apparait, leurs achats restent modestes (30.000-50.000 euros).
Sans doute trop tournés vers le passé, les Français sont frileux, préférant les valeurs sûres du Nouveau réalisme, à commencer par notre gloire nationale, le sculpteur César (1,7 millions d'euros pour 186 lots en 2005), suivi d'Arman le prolifique (1,6 millions pour 244 lots) et de l'indéboulonnable Bernard Buffet. Yves Klein, notre gloire internationale, n'arrive qu'en treizième position : ses petits monochromes se vendent en moyenne 20.000 euros.
Andy Warhol est le premier artiste étranger de la liste, mais les œuvres proposées en France restent mineures, ce sont pour l'essentiel des estampes.
Les Français aiment les  mouvements artistiques : le Nouveau Réalisme mais aussi la Figuration Narrative, groupe des années 60 préoccupé de questions politiques et sociales. Le record fut atteint par Valerio Adami en 1990 (149.400 euros), mais on trouve de très belles pièces entre 30 et 60.000 euros de Gérard Fromanger, Bernard Rancillac ou Alain Jacquet. Et la moitié des toiles de cette mouvance se vendent  moins de 4.500 euros. Une petite oeuvre sur papier de Peter Klasen démarre à 300 euros.


 
Les "mouvements artistiques" se vendent mieux

Enfin, la Figuration Libre - mouvement des années 80 inspiré de la BD - représente actuellement 15% des œuvres d'artistes nés après 1950.
Au top10 des artistes français actuels, on trouve au premier rang Robert Combas, suivi de Jean-Charles Blais, François Boisrond, Hervé Di Rosa… et encore, parmi les valeurs montantes, Kriki, Jerome Mesnager, Speedy Graphito ou Patrick Moya.
Pilier de la Figuration libre, Robert Combas est extrêmement productif : 200 pièces sont proposées chaque année aux enchères. Ses grands formats peuvent monter à 25.000 euros, mais de nombreuses pièces se vendent  moins de 3.000 euros. Attention, sa cote, en hausse de 82 % depuis 1999, risque encore de progresser …
Depuis deux ou trois ans, on commence à trouver des oeuvres de l'artiste niçois Patrick Moya aux enchères à Nice, Lyon ou Paris voire en Italie : vous pourrez vous offrir une céramique pour 1.000 euros ou une grande toile pour 4.000 euros (source : artprice).
 


 
Notre conseil : acheter Moya pendant qu'il en est encore temps !

Une céramique Moya pour 1000 euros
(Pièce unique, Anaf-Martinon, 
Lyon, mars 2004)

Une petite Dolly de 30 x 30 cm, pour 280 euros 
(Ribière-Tuloup Pascal (S.V.V.), Nice, 19 mars 2006)

   
Revenir sur ART-COTE