COMMUNIQUÉ  DE PRESSE SUR PATRICK MOYA

Retour MOYA PRESSE




LE CATALOGUE RAISONNÉ DE PATRICK MOYA

« Vous possédez une œuvre de Patrick MOYA : nous préparons le catalogue raisonné 1971 – 2011 des œuvres de l'artiste. »
C'était en février 2010 que la maison d'édition "artstoarts" démarrait ce projet ambitieux. Fort de l'expérience d'un précédent catalogue réalisé pour Bernard Reyboz, l'éditeur engageait une équipe de sept personnes afin d'effectuer cet énorme travail de détective au long cours qui devrait durer plus d'un an.
Son directeur artistique, JR Leloup, autodidacte atypique dans le monde de l'édition, aime la difficulté : lorsqu'il choisit Moya, il savait qu'il s'attelait à une longue tâche, mais au fil des mois, il prend la mesure de l'ampleur de l'oeuvre du Maitre : plus de 4000 oeuvres estimées, dont 1000 dans l'atelier, 300 à l'étranger … Déjà, un tome ne suffit plus, deux sont envisagés, et le nombre de pages augmente, 400, 450 … Car TOUT doit être référencé, du moindre gri-gri en métal rouillé fait à la va-vite, jusqu'à la fresque monumentale de dix mètres de long.
La parution du Catalogue raisonné de Moya est prévue pour juin 2011 … Avec une première signature galerie Ferrero à Nice puis chez Pentcheff à Marseille, à la Shimoni Gallery de Metz, chez Art Fontainebleau etc. A suivre …

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'AVENTURE DU CATALOGUE RAISONNÉ DE PATRICK MOYA


« Vous possédez une œuvre de Patrick MOYA : nous préparons le catalogue raisonné 1971 – 2011 des œuvres de l'artiste. »
C'est ainsi que la maison d'édition "artstoarts" commençait la première lettre qu'elle fit parvenir aux collectionneurs.
C'était en février 2010, date à laquelle fut envisagé le projet de réaliser ce catalogue sur un support papier, lors du premier contact entre l'éditeur et l'artiste.
Fort de l'expérience d'un précédent catalogue raisonné réalisé pour Bernard Reyboz, l'éditeur réunit une équipe de sept personnes pour effectuer cet énorme travail de détective au long cours qui devrait durer plus d'un an.

Une enquête de détective au long cours

« Un catalogue raisonné est un ouvrage de classification et de référencement sur un espace de temps donné de TOUTES les œuvres d'un artiste. Il est destiné aux galeries, maisons de ventes aux enchères, collectionneurs et amateurs d’art ». Il se doit d'être le plus précis et détaillé possible (titre, mesures, matériau, date de création, propriétaire, anecdotes sur l'oeuvre, biographie et articles critique  …).  La recherche de tous ces éléments peut se concevoir comme une aventure … en tout cas, une enquête de détective.

Son directeur artistique JR Leloup, autodidacte atypique dans le monde de l'édition, aime la difficulté : aussi lorsqu'il choisit Moya, il savait qu'il s'attelait à une longue tâche, une première évaluation ayant chiffré à 3000 le nombre d'oeuvres à répertorier mais …ce n'était qu'un début.
Car au fil des mois, le nombre d'oeuvres redécouvertes augmente sans cesse, de même que celui des collectionneurs retrouvés.
Chaque jour, où qu'il aille, Moya retrouve au moins un amoureux de son art : dans une foire d'art à Genova ou Padova en Italie, à moins que ce ne soit à l'AAF de Paris, dans un festival du livre, à Nice ou même dans la haute montagne, aussi bien qu'à la plage, partout, on dirait qu'il se trouve un collectionneur de Moya !

Peu à peu, JR Leloup prend la mesure de l'ampleur de l'oeuvre du Maitre : déjà, un tome ne suffit plus, deux sont envisagés, et le nombre de pages augmente, 400, 450 … Car il est très précis, très perfectionniste, il veut TOUT référencer, du moindre gri-gri en métal rouillé fait à la va-vite, jusqu'à la fresque monumentale de dix mètres de long.

Au photographe ensuite de se débrouiller comme il peut pour dérouler une toile en plusieurs morceaux, ou sortir la bague macro pour une minuscule pécadille … mais signée Moya !
Au maquettiste, ensuite, de savoir comment caser « mille diapositives grattées » archivées dans l'atelier : réalisées en performance sur trois jours, elles sont autant d'oeuvres complètes, bien que minuscules, à répertorier.

Heureusement, internet est là : une partie du catalogue se prolongera sur le web. Mais comment y accéder depuis la version papier ?
Encore un casse-tête, résolu par Moya lui-même : imprimer un code QR (sorte de code-barre) qui, lu par un smartphone, ouvre sur celui-ci la page d'un site internet.
JR Leloup est ravi : son catalogue s'annonce révolutionnaire !

Bilan à mi-parcours : 4000 oeuvres, dont 220 à l'étranger, 90 collectionneurs qui ont répondu …

La sortie du catalogue raisonné de Patrick Moya est prévue pour le 1er juin 2011, la première signature se fera à la galerie Ferrero de Nice, en même temps qu'une exposition des dernières oeuvres de l'artiste. Qui figureront dans un dernier cahier tiré à part. Ouf … !
Son premier bilan à 200 jours :  « plus de 4000 oeuvres ont été retrouvées à l’heure actuelle et sont en cours
d’enregistrement dans notre base de données; plus de 1000 oeuvres, peintures, sculptures, dessins, estampes et manuscrits, découverts en l’atelier de l’artiste, ont été photographiés en très haute qualité numérique en studio par notre photographe professionnel; plus de 220 oeuvres ont été découvertes à l’étranger et nous en attendons les photos et données techniques dans les prochaines semaines. Plus de 880 grattages sur diapositives et photos papier ont été retrouvés et seront digitalisées dans le courant du mois de septembre. Plus de 80 collectionneurs ont déjà répondu à notre appel en nous faisant parvenir les oeuvres de leur collection personnelle et les données correspondantes. Plus de 10 galeries et espaces d’art nous ont mis ou sont en cours de nous mettre leurs archives « MOYA » à disposition … »
A suivre sur facebook 

Dernières nouvelles du CATALOGUE RAISONNÉ DE PATRICK MOYA au 10 février 2011
 
Aux dires de JR Leloup : "La recherche d’œuvres s’est terminée au 31 janvier 2011. Dans le catalogue sur papier comprenant deux tomes de 444 pages chacun, nous pourrons référencer dans une mise en page généreuse environ 3600 œuvres dans une très bonne qualité d’impression. Un CD complémentaire sera joint dans chaque tome où l’on pourra y retrouver les œuvres référencées non imprimables. La sortie est prévue le 16 juin 2011 et se fera à la galerie FERRERO de Nice.
Par ailleurs, il existera un CATALOGUE INFORMATIQUE ÉVOLUTIF qui réunira toutes les photos trouvées ne pouvant donner une satisfaction suffisante à l’éditeur pour l’impression sur papier mais aussi les photos d’œuvres retrouvées ou envoyées après le dernier délai de recherches. Toute nouvelle œuvre de l’artiste y sera également peu à peu intégrée. Ce catalogue informatique évolutif ne sera disponible que fin 2011."

 
RENSEIGNEMENTS PRATIQUES : LES ÉDITIONS
 
- Edition Librairie : imprimés en très petite quantité – 600 exemplaires – l’édition dite « Librairie » à déjà trouvé un réel succès puisque plus de 220 exemplaires ont déjà été commandés ou réservés. Il n’y aura pas de retirage en langue française. Le prix préférentiel de souscription de 180 euros pour les deux tomes se termine le 31 mai 2011. 
 
- Edition « De tête » : limitée à 150 exemplaires, là aussi plus d’un tiers des exemplaires sont déjà vendus ou réservés. Il s’agit ici des deux tomes de l’édition « Librairie » en sus de 6 estampes. (Prix de la souscription : 540 euros).
 
- Edition « Ex Libris » : limitée à 30 exemplaires, c’est l’édition « De Tête » qui s’enrichit de 2 originaux supplémentaires, le tout intégré dans un étui en plexiglas. Il restait au 31 janvier encore 14 exemplaires disponibles.
 
- Edition « Prime » ; éditée à 8 exemplaires, c’est l’édition « Ex Libris » en sus de deux bronzes, le tout intégré dans un coffret en acier. Cette édition est déjà épuisée.
 
COMMANDES
 
Avec votre commande – postale ou par courriel - n’envoyer pas d’acompte mais attendez votre facture de confirmation afin qu’il n’y ai pas d’erreur sur la disponibilité des édition demandées.
 Vos commandes peuvent s’effectuer soit directement à l’artiste ou l’éditeur sous: moya.patrick@libertysurf.fr ou encore contact@artstoarts.com ou directement par voie postale à la maison d’édition.
 ARTSTOARTS - 12, chemin des Seules - 06200 - Nice

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PLUS D'INFOS SUR …


Patrick Moya

Né en 1955 à Troyes, Patrick MOYA a fait ses études à la Villa Arson de Nice avant de poser nu comme « modèle aux Beaux-Arts » durant dix ans dans le but de « devenir la créature à la place du créateur" ». Car il a lu Macluhan, et s'interroge avec lui sur les changements apportés à l'histoire de l'art par les nouveaux médias : « avec les médias d'ubiquité, comme le direct à la télévision, le créateur n'a plus le temps de raconter l'histoire de l'art ; il doit, pour exister, devenir créature ».
Après ce long épisode où il n’est qu’une « créature passive », sorte de Narcisse se laissant admirer et vivre dans le regard des autres, il reprend la peinture pour mettre en pratique ses théories sur l’art et les médias, vouant désormais sa vie à l’art : il commence par décliner de mille manières les lettres de son nom, assimilant l’œuvre à sa signature, avant de créer (en 1996) son personnage, autoportrait décalé bientôt entouré d'un bestiaire presque qu'humain.
Deux ans plus tard naitra la « Dolly », la brebis-mascotte de la célèbre soirée techno Dolly Party, qui enrichira son univers.
En juin 2007, il termine, après 4 ans de travail, la chapelle qui porte son nom à Clans (petit village perché des Alpes Maritimes), et en février 2009, il peut défiler sur « son » premier char,  dessiné pour le carnaval de Nice.
Entre-temps, Moya aura érigé de grandes sculptures en acier en Asie et modelé de petits lits en céramique en Italie, passant avec virtuosité des pinceaux au computer, de l'art contemporain à l'art numérique, voire « post-numérique ».
Car refusant de se limiter, Moya veut être partout, toucher à tout : dés 1985, il utilise un ordinateur MO5 pour écrire son nom, et bientôt, réalise des images puis des films en 3D, dans lesquels il réinvente son univers.
En juillet 2007, Patrick Moya installe son univers sur Second Life : sur l’île virtuelle qu’il possède dans ce web en 3D, le créateur est enfin devenu une créature sous le nom de son avatar, Moya Janus, qui reçoit ses visiteurs en les immergeant dans son univers.
Conçue comme une oeuvre d'art globale, cette île est l’aboutissement d’une démarche invasive devenue immersive.
Moya serait-il «l'un des grands pionniers des univers numériques », comme l’écrit le critique Mario Gerosa, spécialiste des mondes virtuels, qui a organisé à Florence en Italie la première grande exposition présentant « l’art dans Second Life » … Intitulée «Rinascimento Virtuale », cette exposition se tenait jusqu’en janvier 2009 dans le musée d’anthropologie de la ville de la Renaissance : une salle entière était consacrée à la « civilisation Moya », mettant en évidence le riche parcours d’un artiste complet, capable de passer sans transition de la peinture traditionnelle sur les murs d’une chapelle catholique à sa reproduction en 3D dans un monde virtuel, dans lequel il vit une « seconde vie » de Créature qui joue à être un Artiste !

JR Leloup

JR Leloup, d'une famille originaire de Nice, est « né le 24 août 1949 à 10h10 précises ".
Arrêtant à 21 ans des études commerciales qui ne lui conviennent guère, il part pour l'Allemagne, attiré par une culture (philosophes, romantisme) qui correspond à ses réflexions d'adolescent tourmenté.
Après un temps d'adaptation, il reprend près de Cologne un magasin de poterie et de vannerie où, déjà, il installe des sculptures en bronze ou en bois précieux qu'il aura trouvé au hasard de ses rencontres. Deux ans plus tard, le magasin est devenue une petite galerie d'art, bientôt dotée d'un atelier d'impression d'art, où il apprend les « joyaux de l'impression » que sont la lithographie sur pierre et la gravure sur cuivre. Ce sera le début d'une immersion dans le milieu de l'art et des artistes, qui ne le lâchera plus. Il passe son temps dans les ateliers d'artistes, participe à de nombreux projets, se confronte « à chaque fois à un problème différent ce qui appelle une recherche de nouvelles solutions ». En 2001, il revient « aux sources de ses désirs et de son enfance, l’espace méditerranéen ». En 2005, il conceptualise et réalise  « Cardinaux 22, portfolio Art pour la paix », réunissant 22 estampes de grands noms de l'art d'aujourd'hui. En 2008, il fonde avec Laurence Treyvaud « arts to arts », société à but culturel pour la « promotion, diffusion, édition d'oeuvres d'art contemporain, de livres d'art de qualité et de catalogues raisonnés ». Cet « éclectique passionné du savoir des autres », capable de soulever des montagnes pour un sujet qui le passionne, vit et travaille près de Nice.




Quelques toiles et sculptures des années 80 à 2010
 
 








Quelques infos supplémentaires :

SUR LE WEB

Site officiel de MOYA : http://www.moyapatrick.com/
Dossiers de presse sur MOYA : http://fcanarelli.free.fr/patrickmoya-presse.htm
Site officiel de ArtsToArts : http://www.artstoarts.com/

Le Catalogue Raisonné de MOYA sur facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=103923512987560  


 EN VIDEO

- Shooting des oeuvres de Moya par le photographe Michel Coen : http://www.youtube.com/watch?v=0meekF7IWwU

- L'aventure du catalogue raisonné, suite : Moya fait des essais de gravure : http://www.youtube.com/watch?v=xC1u2b1w3w4




                      Propositions de couverture et d'estampes (non contractuelles)

MOYAPATRICK.COM