BIENNALE DE VENISE 2007
 
 

 
VENISE oui
la BIENNALE, oui mais…
 

Petite visite dans les Giardini de la plus célèbre et mythique Biennale d'art contemporain, celle de Venise bien sûr. Avec une sélection (évidemment subjective) d'oeuvres glanées ici ou là. En toute liberté.
 

Par Florence CANARELLI 


 
Revenir sur ART-COTE

 
Venise sous le doux soleil d'octobre qui fait miroiter l'eau du Grand Canal … Etre à Venise, quelle que soit la saison, offre des sensations incomparables, un plaisir pur …

Pour ne pas gâcher ce plaisir, prenons le parti de choisir, au gré des allées du Giardini dans lequel se déroule la Biennale, les artistes qui font plaisir … 

Passons rapidement sur le "déjà vu" : ces "installations" à prétention artistique - des robinets d'où coule de l'eau - ou ces paysages abstraits grand format d'Herbert Brandl (pavillon autrichien), un peu jeune (né en 1959) pour faire encore de la peinture "abstraite".

Oublions tous les minimalismes si ennuyeux : quand il n'y a rien à voir, ça ne retient pas l'attention.
Exemple, le minimalisme sans âme de l'américain d'origine cubaine Félix González-Torres (il est mort du SIDA en 1996 : laissons-le reposer en paix).

Fuyons enfin le pavillon français et ses vidéos si "d'avant-garde" de Sophie Calle : il faudrait prendre le temps d'écouter les commentaires de toutes ces femmes à propos d'un mail de rupture reçue par l'artiste. Entre nous, quel intérêt ???
L'art-thérapie, même habilement présenté, non merci !

Le pavillon hongrois


 
 
Arrêtons-nous devant l'oeuvre complexe, originale, ludique, intelligente, mêlant peinture et projection vidéos d'images numériques … au plafond du pavillon suisse : une installation "multimedia" intéressante du Suisse Yves Netzhammer (né en 1970), 
 

La Suisse

Malgré la tristesse qui se dégage du pavillon scandinave (morceaux de placard posés au sol…), retenons la barque écolo de la finlandaise Maaria Wirkkala, au message évident mais bien mis en scène.

La Finlande


 
 
Du côté de l'Asie, apprécions l'humour noir du Coréen Hyungkoo Lee : des installations en apparence scientifiques de squelettes d'animaux et autres instruments chirurgicaux. En regardant de plus près, tout est légèrement délirant : une sorte de "macabre fun" très réussi. Son auto-portrait est également génial en son genre, bravo !

La Corée

Reconnaissons aux Russes un intérêt passionné pour les nouveaux médias : sont particulièrement 
réussies les vidéos défilantes de Alexander Ponomarev et Georgy Frangulyan. 
La Russie
   
Gardons pour la fin l'architecture métallique délirante de la polonaise Monika Sosnowska (née en 1972) ; comment a-t-elle réussi à faire entrer cette structure métallique gigantesque dans l'espace réduit du pavillon polonais ?
Effet de stupeur et de fascination garantie.

La Pologne



 
 
 
 
 

Au final, les plus belles oeuvres sont celles faites à partir de matériaux non nobles ou de récupération : l'Africain qui tisse un somptueux rideaux de brocar et d'or à partir de capsules de bouteilles, l'Egyptien qui batit des pyramides superbes à partir de cagettes ou de bouts de bois,ou encore le Cubain qui construit un village de favellas à partir de briques empilées …

Le Brésil

L'Egypte


 
Sans oublier, hors Biennale mais juste posée dans le jardin du restaurant le plus proche, les nageuses hyperréalistes de l'Américaine Carole Feuerman. D'accord, ce n'est pas nouveau : mais au moins, il y a quelque chose à voir !

Carole Feuerman

   
Revenir sur ART-COTE